Metaverse Fashion & Sneakers: Entretien avec Nicolas Romero

Pour offrir une solution plus durable et se réinventer, les marques explorent progressivement des solutions innovantes, comme la Metaverse Fashion. Fondateur de Futures Factory, Nicolas Romero partage avec nous ses aspirations et sa vision de la Metaverse Fashion. Futures Factory est une startup axée sur les créateurs qui opère à l’avant-garde de la culture des sneakers et de l’espace Web3. Cette société existe pour permettre aux créateurs de concevoir l’avenir de la footwear de la prochaine génération. Lors de l’événement DRP Paris, METAV.RS, en collaboration avec Futures Factory, a présenté un jumeau numérique en réalité augmentée d’une incroyable paires de sneakers, designée par ISDKV.

  • Quelle a été l’inspiration derrière Futures Factory ?

J’ai créé et lancé une marque de sneakers en 2019, appelée Satoshi Studio, qui utilise le protocole blockchain pour créer un modèle plus transparent et circulaire, avec une production toujours pilotée par la demande des clients. Dans ce projet, les NFT sont utilisées pour assurer la traçabilité du produit et créer un jumeau numérique de chaque paire de sneakers. Tout est arrivé lorsque j’ai vu pour la première fois OpenSea vendre des œuvres d’art numériques sous forme de NFT. Ces œuvres d’art numériques étaient souvent vendues avec leur équivalent physique, alors avec mon partenaire commercial, nous avons pensé à mettre en place un nouveau modèle économique.

Nous avons donc proposé aux designers qui aimaient notre projet d’utiliser les outils Web3 pour présenter leur univers et leurs compétences aux communautés. Ils ont compris que grâce aux NFT et à l’essor du gaming, il y avait une opportunité pour eux de vendre leurs produits directement à leurs followers. D’autres designers ont également été enthousiasmés par le fait de pouvoir disposer de sneakers en 3D dans des mondes virtuels, où la créativité n’a pas de limite. Futures Factory a pour objectif d’aider les designers et les marques dans la conception de digital sneakers et de footwear en général.

  • Est-il possible de créer un jumeau physique de qualité à partir d’une paire de sneakers virtuelles ?

Nous avons des modèles très sophistiqués. Et il y a clairement des choses qui ne sont pas réalisables. L’architecture en est un bon exemple. Vous pouvez créer des modèles étonnants sur une ébauche, mais vous ne pouvez pas les reproduire dans la vie réelle. L’intérêt des conceptions numériques ici est principalement de créer des émotions. Concevoir un produit physique inspiré par le design inhabituel d’une sneakers virtuelle est encore peu probable. Très souvent, cela reste une œuvre d’art, car toutes les sneakers ne peuvent pas être fabriquées dans la vie réelle. Il s’agit plutôt d’objets de collection, prêts pour le metaverse.

TETRAPODES-sneakers-ISDKV-metaverse-Fashion-métavers

TETRAPODES sneakers par le designer ISDKV

  • Quelles sont les valeurs de Futures Factory ?

Futures Factory veut mettre l’accent sur la créativité, ne pas fixer de limites à l’ingéniosité, repousser les limites, toujours tester et comparer, et trouver de meilleures façons de faire les choses que celles qui existent déjà.

La communauté des créateurs est également très importante pour nous, c’est pourquoi nous les poussons toujours à s’améliorer. La durabilité est également un élément essentiel de notre modèle économique. Nous gardons toujours à l’esprit de construire un avenir viable et durable. Nous considérons la technologie comme un outil permettant de rendre le monde meilleur. Par ailleurs, nous encourageons nos partenaires commerciaux et les créateurs à construire un avenir durable pour la Fashion.

Je pense que c’est beaucoup plus intéressant lorsque la Fashion est liée à une utilité technique. Le design, quel qu’il soit, doit avoir un but. C’est aussi un moyen de contrecarrer les tendances écologiquement néfastes de la Fast Fashion.

  • À qui s’adresse Future Factory ?

L’intérêt était de formuler une offre pour les marques et les designers désireux d’explorer au maximum leur créativité et de donner vie à leurs projets virtuels et physiques.

Du côté des designers, nous avons acquis une certaine autorité grâce au bouche à oreille. Du côté des consommateurs en revanche, nous nous sommes rendu compte que la majorité d’entre eux venaient de la sphère crypto et avaient d’autres besoins, et qu’ils n’étaient pas, comme nous l’avions prévu, des amateurs de sneakers moyens souhaitant posséder des actifs virtuels ou physiques. Ce qui a fait que nos détenteurs de sneakers ont vraiment aimé notre collection, c’est le sentiment d’investir dans des actifs qu’ils pourraient porter à travers leurs avatars dans les jeux vidéo et le metaverse à l’avenir.

Nous mentionnons l’investissement parce que dans le cas où un designer devient célèbre, ses créations coûteront plus cher et fourniront aux détenteurs un retour sur investissement significatif à l’avenir. Cependant, les détenteurs ont clairement indiqué que cet investissement ne serait pas le fait d’un seul designer, mais de l’ensemble de l’écosystème de Futures Factory. C’est pourquoi nous avons retravaillé notre offre il y a quelque temps.

Il y a deux scénarios. Soit il s’agit d’une marque verticale native du Web3 et qui s’adresse donc déjà à un public bien identifié, soit il s’agit d’une marque traditionnelle existante qui tente de se lancer dans l’aventure du Web3. Dans le second cas, c’est très complexe car cela va dépendre de l’image de la marque.

Se lancer dans le Web3 pour une marque qui n’en a pas besoin peut être extrêmement risqué car c’est un univers aux codes très spécifiques, lié aussi à l’univers du gaming. Je pense qu’environ 90% des marques Fashion n’ont pas encore fait le pas vers le Web3, cela va venir progressivement car tout est encore en construction, que ce soit les outils ou les expériences.

« Cependant, la Metaverse Fashion ne restera pas un secteur de niche. » Nicolas Romero

Le Web3 se démocratisera lorsqu’il sera plus mature et plus développé. Elle sera à la base de cas d’utilisation comme l’identité, la santé et la finance. Beaucoup utiliseront la blockchain sans même le savoir. En revanche, le Web3 et la « crypto culture » resteront la coqueluche de groupuscules.

CHAMELEON-sneakers-by-Felipe-Fiallo-metaverse-Fashion

CHAMELEON sneakers par Felipe Fiallo

  • Autour de quelles missions Future Factory définit-elle son action ?

Notre ressort principal est de permettre aux créateurs de se réaliser et de redéfinir l’avenir de la footwear et de la Digital Fashion. C’est commencer par des modèles de production plus justes, avec le moins d’impact possible sur la planète. C’est offrir aux designers un espace où ils peuvent s’exprimer, où ils peuvent trouver des financements et des moyens plus faciles d’entrer sur Web3. Notre ambition à l’horizon 2025 est d’être un accélérateur pour les meilleurs créateurs.

  • Selon vous, les marques Fashion qui hésitent à s’engager dans des expériences metaverse ont-elles tort ?

Elles ont raison dans une certaine mesure. Certaines d’entre elles sont conscientes que pour le moment, cela ne correspond pas à leur héritage ni à leur valeur. C’est comme les marques qui ne voulaient pas vendre sur Internet parce qu’elles attendaient d’être suffisamment sûres, il fallait qu’elles aient un contrôle à 100% sur la technologie. La pire erreur serait d’y aller parce que tout le monde y va.

Je préfère avoir une marque qui ne fait rien du tout et qui y va quand elle est prête plutôt qu’une marque qui y va pour des raisons mesquines. Le plus important est de rester fidèle à son identité. Et entrer dans le Web3, c’est aussi entrer dans une nouvelle culture. Ce que l’on peut faire, par exemple, ce sont des collaborations. Les marques, surtout celles du luxe, peuvent ainsi s’appuyer sur des solutions déjà crédibles et s’associer pour créer un projet hybride (Nike & RTFKT par exemple). Le meilleur moyen est de fusionner avec une structure Web3 existante plutôt que de se lancer seul.

 

Merci, Nicolas ! Nous souhaitons bonne chance à l’équipe de Futures Factory et nous vous disons à bientôt. Pour découvrir plus en détail le point de vue d’acteurs du Web3 et du digital, lisez LES ENJEUX DU MÉTAVERS SELON FRÉDÉRIC CAVAZZA

Vous pouvez aller plus loin en téléchargeant notre livre blanc ENTERING IN THE WEB 3.0 – A GUIDE FOR LUXURY FASHION IN THE METAVERSE